DJ

Tony Mathé

Arrière-plan

House

Paradise – DJ TONY MATHÉ

Mix DJ

“Ce que j’attends de la musique, c’est qu’elle me transporte”.  Paradise, c’est la synthèse de ce qui m’a fait aimer la musique, ce qui m’a donné envie de la transmettre aux autres. Paradise, c’est d’abord House, forcément Disco, et particulièrement Groovy. Paradise, Groovy House & (Nu) Disco touch   



C’est à la fin des années 80 que ses premiers vinyls tournent sous ses doigts.

Début 90, fraichement militarisé, il intègre le Styliss, club créateur de la première salle dédiée à la musique électronique dans un complexe en France. Il succède à un certain Antoine Clamaran… La réputation du club lui permettra d’officier dans quelques clubs parisiens comme le Folie’s Pigalle, la Loco ou encore le Palace. C’est set Happy House traverse les frontières et l’emmèneront en Allemagne, en Espagne et dans plusieurs pays de l’Est comme la Tchéquie ou La Russie.

Fin 1998, il est le résident des premiers Afterwork parisiens. Le Moon, La Villa Rouge, Les Planches, le Tanjia ou encore La Suite verront débarqués ce concept où la musique à toute sa place. De la House, à la Pop en passant par le Disco, ce concept déchaine les sorties de taf. “Quand tu lèves la tête, que ça danse partout et qu’il est seulement 21h, ça fait quelque chose…” Parallèlement, il lance ses soirées Disco. Les plus grands clubs parisiens dont le Mandala ray puis le World Place l’accueillent et ces résidence l’emmèneront à Madrid pour LA soirée Disco, l’anniversaire de Ronaldo, dans sa villa, entouré des “Galactiques”.

Début 2004, il fait une tournée pour American Tobacco pour qui il fera des soirées d’exception au salon Who’s Next, à Longchamp au coeur de l’Hippodrome, ou encore à Bruxelles à L’Equastrian Audi Master.

En 2007, il crée le So…, Concept Bar. Le succès est au rendez-vous, il dépasse même les attentes. Cette expérience lui confirme que son envie se passe de l’autre côté des platines, et raccroche le casque pour ne le sortir qu’occasionnellement pour des sets Disco. Parallèlement, il reprend la production avec son ami Danny Wild, et se lance dans la production de rework afin d’alimenter ses sets Disco de versions uniques. Sa façon de produire est simple : Reconstruire pour plus d’efficacité, Retravailler et re-dynamiser tout en gardant le sens de l’original.

Aujourd’hui, ses Reworks totalisent plus de 800 000 écoutes.

Rate it

DJ

0%